La « good governance » : un sujet d’actualité politique et économique

 – également pour les interprètes de conférence

Que ce soit lors de conférences internationales ou de tables rondes entre experts : chaque mot compte, toute symbolique a son importance et le moindre détail est perçu, que ce soit de manière consciente ou non.

C’est précisément dans des situations sensibles que se fait toute la différence entre un excellent interprète de conférence et un bon interprète de conférence. Une condition indispensable pour être interprète n’est pas seulement de connaître les différents registres de langage techniques ou spécialisés, mais de comprendre réellement ce qui se dit. Il en est ainsi des discussions politiques.

On entend, par exemple, souvent évoquer, même entre experts français, la notion complexe de « good governance ». Issu à l’origine du monde de l’entreprise, ce terme est aujourd’hui surtout utilisé dans le contexte politique, et plus précisément dans les débats portant sur la bonne gestion des affaires par le gouvernement (« bonne gouvernance »).

L’interprète qui entend ce terme doit intégrer dans l’intention le concept d’une administration au fonctionnement fiable, de la participation sociale et de l’Etat de droit. Interpréter de tels termes sans précision pourrait avoir des conséquences fatales car les mots ont un pouvoir et une influence.